Tribunal correctionnel de Périgueux: le juge face aux internés à Vauclaire.

Une audience du tribunal est désormais réservée aux patients hospitalisés sans consentement.

C’est une nouveauté au tribunal correctionnel de Périgueux. Une fois par semaine, ce sont des justiciables un peu particuliers qui franchissent la porte du palais de justice. Les patients hospitalisés sous contrainte en psychiatrie à Vauclaire à Montpon viennent jusqu’à Périgueux, pour une audience devant le juge des libertés et de la détention, chaque vendredi après-midi. Celui-ci n’est pas là pour les juger, mais pour dire si leur hospitalisation d’office est justifiée ou pas, afin de garantir les droits du patient. C’est la conséquence de la loi du 5 juillet, applicable depuis le 1er août.

Ce vendredi-là, dans la salle d’audience, l’avocate Sabine Julien s’avance vers le juge Charollois. Elle représente une dame dépressive hospitalisée à la demande de sa fille. « Je sais que je ne suis ni psychiatre, ni médecin », débute-t-elle. « Mais après dix jours d’hospitalisation, les rapports des médecins disent que son état s’est amélioré. Ma cliente adhère aux soins et demande à quitter Vauclaire. Pourquoi le lui refuse-t-on ? » « Ce que vous me dites est vrai. Son état a évolué. Elle n’arrive pas à se déplacer seule, mais elle ne représente pas de danger pour la société. Je lève donc dans un délai de 24 heures cette hospitalisation », répond le juge, à l’étonnement de l’avocate.

La suite : SUD OUEST, Par MARIE GASC , Mercredi 19/10/ 2011

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s