« médiateurs en santé mentale », d’anciens malades dans les équipes soignantes en psychiatrie: expérimentation et réactions

Le quotidien La Provence du 9 décembre 2011 a présenté une expérimentation mise en place dans la région PACA, qui vise à former pendant huit semaines, à la faculté de médecine, d’anciens patients en hôpital psychiatrique en vue de les intégrer dans les équipes soignantes comme « médiateurs en santé mentale ». Cette expérience n’est pas spécifique à la région PACA mais sera conduite dans trois régions (Ile de France, Nord Pas de Calais et PACA).

« Le rôle du médiateur est de faciliter l’accès aux droits, à la prévention et aux soins de l’usager des services de santé mentale. Le médiateur en santé mentale est formé à cette mission d’information, de soutien relationnel et d’accompagnement. Il est rémunéré dès son départ en formation par l’établissement qui l’aura recruté. »

A terme, ce programme vise la reconnaissance d’un nouveau métier avec son ajout à la liste des personnels des établissements de santé.

Pour quel bénéfice ?

Le médiateur de santé mentale crée du lien entre la personne en souffrance et les professionnels ou les structures de santé et d’accompagnement médico-social. Le médiateur est inclus dans les équipes de soin et sa présence contribue à un triple bénéfice :

  • pour l’usager lui même, pour qui l’accession à ce nouveau métier, à cette reconnaissance, va permettre de renforcer son rétablissement, sa capacité à recouvrer son autonomie et ainsi faciliter son retour à la vie citoyenne ;
  • pour les autres usagers des services de santé mentale encore dans un processus de prise en charge, pour lesquels la rencontre et l’interaction avec un de leur pair qui s’en « est sorti » ne peut qu’être positive, tant par la valeur d’exemple possible qu’elle leur donne, qu’au travers des contacts privilégiés que le médiateur va instaurer avec eux ;
  • pour les équipes soignantes grâce à ce que le médiateur va pouvoir apporter en termes de complément, de « plus », « d’autre chose » à leur travail de soignants.

Source : ICI

Des réactions vives en perspective?

« Les réactions syndicales sont d’ores et déjà vives. Elles dénoncent le manque de psychiatres, le manque de personnel dans les structures psychiatriques et voient arriver des personnes formées en huit semaines avec un salaire supérieur à celui d’une infirmière débutante. Le « gain » attendu de cette initiative en termes de soins n’est pas très explicitement formalisé puisque d’après l’ARS, « pour les équipes soignantes (…) le médiateur va pouvoir apporter en termes de complément, de « plus », « d’autre chose » à leur travail de soignants ». Alors que la nécessaire élévation du niveau de formation des professionnels de la santé fait l’objet de discussions et de propositions au sein de plusieurs instances, cette proposition de médiateurs en santé mentale est une « galéjade » ou une « provocation » pour certains, et « ne saurait être prise au sérieux » pour d’autres. »

Source : ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s