Le Sénat fixe un prix minimum pour les boissons lors des «happy hours»

Pour lutter contre la consommation excessive d’alcool chez les jeunes, la Sénat a adopté, dans le cadre de la loi Santé, un amendement encadrant les opérations promotionnelles des bars et cafés.

Dans le cadre du projet de loi santé de Marisol Touraine, le Sénat a adopté, un amendement déposé par le socialiste Franck Montaugé et visant à encadrer la vente de boissons alcoolisées lors des «happy hours» – période d’une ou plusieurs heures où les boissons alcoolisées sont vendues à des tarifs avantageux.

Dans le cadre du projet de loi de santé, les élus ont adopté ce mercredi l’ amendement visant à encadrer « ces pratiques commerciales en fixant un prix de vente plancher calculé par l’application d’un taux de rabais autorisé ou prix de vente unitaire affiché, ce taux de rabais étant fixé par décret », a expliqué le sénateur socialiste Franck Montaugé dans l’hémicycle. Ainsi, si le taux promotionnel est fixé à 20 %, un cocktail affiché habituellement à 8 euros coûterait 6,40 euros.

Le gouvernement n’y croit pas

Pour la ministre de la Santé, interrogée ce matin sur RTL, ce type de mesure n’est pas du ressort de la loi. « Est ce qu’on peut fixer un tarif pour toute la France qui voudrait que, dans le centre de Paris et dans un bourg de province, le verre d’alcool ait le même prix ? Je ne crois pas », a-t-elle rétorquée. En revanche, elle estime que la loi examinée en ce moment par les sénateurs – adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale –, est en mesure de prévenir les comportements à risque, en particulier chez les jeunes.

Les législateurs ont déjà tenté d’encadrer les tarifs attractifs proposés par les bars en happy hours. En 2009, la loi « Hôpital, patients, santé, territoire », plus connue sous le nom de loi Bachelot, proposait la vente de jus de fruits et autres sodas à moitié prix durant cette période. Finalement, la ministre de la Santé de l’époque y avait renoncé.

Le vote solennel des sénateurs aura lieu le 6 octobre prochain. Mais le dernier mot reviendra aux députés.

Lire aussi : Le Sénat fixe un prix minimum pour les boissons lors des «happy hours»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s