Une équipe de soins pour adolescents se déplace

Faciliter les soins des adolescents présentant des conduites à risques en venant à leur rencontre

Contexte

Le Centre d’accueil, d’urgence et de soins (CAUS) de l’Essonne accueille des jeunes présentant des conduites à risque : tentatives de suicides, addictions et phobies. La dispersion de l’ensemble des structures de soins du département rend difficile la continuité des soins. Ainsi le CAUS a décidé de créer une équipe mobile munie d’une voiture, pour faciliter les déplacements entre les différentes structures et améliorer le suivi de ces jeunes.

Projet

Lorsque les urgences de l’Hôpital d’Orsay recueillent un jeune en situation de crise, le CAUS est contacté et vient le chercher. Il lui sera proposé de passer la matinée ou la journée au centre de soin. L’équipe peut aussi se rendre au domicile d’un jeune pour l’inciter à venir se faire soigner. Il s’agit donc de pouvoir aller à la rencontre de jeunes en difficulté et de les amener à se rendre aux séances de soins ou d’art thérapie.

Lorsque les parents sont d’accord l’adolescent peut venir et rentrer chez lui seul, en transport en commun. Il peut aussi être raccompagné par un membre de l’équipe. Les intervenants restent ensuite référents pour permettre la continuité des soins au-delà de l’urgence proprement dite. Ce projet permet aussi d’établir un lien avec les médecins scolaires et autres structures d’aides à l’enfance afin de se rendre accessibles auprès des jeunes en souffrance. De plus, il répond à un besoin de discrétion : dans certains quartiers ou en milieu rural, la proximité des habitants ne favorise pas l’anonymat des jeunes patients.

Implication de la Fondation de France

La participation de la Fondation de France de 24500 euros a permis l’achat d’une voiture ainsi qu’une vacation supplémentaire d’une demi-journée d’art-thérapie sur deux ans.

Résultats

Le projet a déjà accompagné autours de 400 jeunes. L’équipe a constaté que les visites à domicile aboutissaient au bout de plusieurs semaines au consentement de l’adolescent à revenir se soigner.

 

Dr Agnès Piernikarch, chef du Service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent « Après leur arrivée au CAUS, les ados peuvent prendre un rendez-vous avec les artistes qui dirigent les ateliers d’art thérapie et les rencontrer assez rapidement. Ces ateliers peuvent se faire de façon individuelle ou en groupe. Le bilan général est très positif, il y a une augmentation très sensible des demandes venant des adolescents eux-mêmes mais aussi des parents, médecins scolaire, services sociaux, le bouche à oreille fonctionne très bien. Il arrive même que certains adolescents viennent d’eux-mêmes nous rencontrer. »

 

Organisme soutenu

Centre hospitalier d’Orsay

91401 Orsay

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s