La précarité des personnes sans domicile affecte leur santé dans toutes ses dimensions

Le taux de mortalité des personnes sans domicile fixe reste élevé rapporte une étude du dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l‘institut de veille sanitaire (InVS), paru le 17 novembre 2015. La malnutrition est majeure, ainsi que la prévalence de troubles mentaux chez les parents et les enfants.

Ainsi, entre janvier 2008 et décembre 2010, plus de 6 730 SDF sont morts en France, soit plus de 2.000 par an. Ces chiffres sont issus des recoupements entre les données du Collectif les morts de la rue et celles de la base nationale des causes médicales de décès du Cépi-DC Inserm. Les auteurs de l’étude notent qu’en dépit de l’augmentation de 50% du nombre de personnes sans domicile entre 2001 et 2012, il existe peu d’études décrivant la mortalité au sein de cette population à risque de décès prématurés.

Selon le rapport du Collectif les morts de la rue , rendu public le 12 novembre, les personnes décédées (498 en 2014) qu’il avait pu répertorier, étaient majoritairement des hommes (88%), morts en moyenne à 49 ans, alors que l’âge moyen de décès des hommes dans la population générale s’établit à 79 ans.

Aucune des deux bases données n’est exhaustive. Le collectif estime n’avoir recensé qu’entre 1/5e et 1/6e des disparitions de SDF.

La précarité impacte fortement la santé mentale

Il existe un accroissement des familles ayant des enfants au cours de la dernière décennie. Et parmi ces sans domicile, près d’un tiers sont des enfants, un quart des adultes travaillent, mais ont des emplois le plus souvent précaires, peu qualifiés et mal rémunérés, rappelle le BEH. Près de la moitié des familles étaient monoparentale, 22% ayant au moins 3 enfants, selon l’enquête.

La majorité des SDF souffrait de malnutrition, avec une forte fréquence d' »insécurité alimentaire », d’anémie (50% des mères et 38% des enfants), de surpoids (38% des mères et 22% des enfants) et d’obésité (32% des mères et 4% des enfants).

De plus, 30% des mères souffraient de dépression et 20% d’état de stress post-traumatique. Toujours selon cette enquête, 20% des enfants présentaient des troubles de santé mentale et la majorité (80%) avaient un retard du développement.

Le nombre de familles sans logement est estimé à 10.280 en Ile-de-France, selon les premiers résultats de l’enquête EnFams 2013, consacrée exclusivement à ces familles, également publiée dans le BEH. Les parents étaient majoritairement nés à l’étranger (94%) et résidaient en France depuis 5 ans en moyenne.

BEH n°36-37/2015

17/11/2015
État de santé et conditions de vie des populations sans domicile

  • La précarité des personnes sans domicile affecte leur santé dans toutes ses dimensions
  • Estimation du nombre de décès de personnes sans domicile en France, 2008-2010
  • La santé et le recours aux soins des personnes sans domicile en France en 2012
  • Origine et fréquence des repas des personnes sans domicile en France : analyse des données de l’enquête « Sans-domicile 2012 »
  • Caractéristiques socio-démographiques et santé des familles sans logement en Île-de-France : premiers résultats de l’étude Enfams, 2013
  • Couvertures vaccinales chez les enfants sans logement d’Île-de-France : résultats de l’étude Enfams, 2013
  • La santé mentale et les addictions chez les personnes sans logement personnel en Île-de-France : l’enquête Samenta de 2009
  • Prévalences de la gale et de la pédiculose corporelle chez les personnes sans domicile en Île-de-France en 2011 (enquête HYTPEAC)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s