Psychiatrie : la crise des vocations- JIM.fr

A l’occasion de la journée mondiale de la santé mentale qui se tenait le 10 octobre, Marisol Touraine, a acté la création du « Conseil national de la santé mentale » dont l’objectif annoncé est « de développer une approche globale et transversale des enjeux de la santé mentale, pour mieux prévenir les troubles psychiques et psychiatriques et mieux accompagner ceux qui en souffrent. »
Quatre axes de réflexion prioritaires ont été fixés par le ministre :

  • « le bien-être des enfants et des jeunes,
  • la prévention du suicide,
  • le suivi des personnes en situation de grande précarité,
  • l’élaboration d’outils pour faciliter la mise en œuvre des projets territoriaux de santé mentale inscrits dans la loi de modernisation de notre système de santé. »

En marge de cette création, le ministre de la santé s’est vu remettre un rapport « relatif à la santé mentale » commandé à Michel Laforcade, directeur général de l’agence régionale de santé (ARS) de la région Nouvelle Aquitaine, qui esquisse le tableau d’une psychiatrie en crise.

La psychiatrie n’attire plus

Spécialité la plus nombreuse (15 048 praticiens spécialisés en psychiatrie), la profession apparaît de moins en moins attractive.

Depuis la mise en place du système des épreuves classantes nationales (ECN) en 2004, l’évolution des postes de psychiatres ouverts à l’internat a suivi celle du numerus clausus 5 ans auparavant. De 200 places en 2004, le nombre de postes d’internes ouverts se situe à 557 pour la rentrée 2015, mais la psychiatrie est toujours demeurée dans un groupe des spécialités qui peinent à recruter les internes les mieux classés aux ECN, ainsi sur 465 postes d’internes de psychiatrie pourvus aux ECN 2011, 51 proviennent du premier quart des candidats et 135 du dernier quart.Certains postes de psychiatres sont mêmes laissés vacants, depuis 2012, chaque année à l’internat.À moyen terme, le déséquilibre marqué de la pyramide des âges des psychiatres va se traduire par un départ massif de professionnels jusqu’en 2025 et une pénurie de spécialistes en santé mentale…ce qui rendra particulièrement ardues les missions de ce tout nouveau Conseil national.

Frédéric Haroche

Source : JIM.fr – Psychiatrie : la crise des vocations

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s