Des associations de patients et de familles saluent l’encadrement accru de la contention à défaut d’interdiction

Plusieurs travaux et réflexions sont actuellement engagés (1) pour mieux encadrer les pratiques d’isolement et de contention en psychiatrie. Dans ce cadre des travaux institutionnels, des associations de patients et de proches en psychiatrie saluent la perspective d’un encadrement renforcé de ces pratiques, à défaut de pouvoir en obtenir l’interdiction. Le CRPA propose pour sa part d’instaurer un contrôle judiciaire en cas de contestation de ces mesures.

Ainsi, la Haute Autorité de santé (HAS) doit notamment achever, au cours de ce mois de janvier, la phase de consultation des parties prenantes (organisations professionnelles, associations de patients ou d’usagers, institutionnels, etc.) en vue d’émettre des recommandations, vraisemblablement publiées en mars prochain. Alors que la HAS finalise, selon nos informations, des outils pour renforcer la traçabilité des mesures, la perspective d’un encadrement renforcé de ces pratiques est salué par plusieurs associations de patients.

Les associations, qui ont été associées aux travaux menés par la haute autorité, mais aussi à ceux menés à l’Assemblée nationale pour évaluer la loi du 27 septembre 2013, tiennent à rappeler au préalable leur position de principe en faveur d’une disparition de ces pratiques.

La prévention comme nécessaire préalable

Une position défendue aussi par l’Union nationale des familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (Unafam) qui milite pour que « le corps médical s’oriente vers la suppression de ces pratiques », rappelle un représentant de l’association. Et à défaut d’obtenir cette suppression effective, l’Unafam plaide de longue date pour la diffusion d’un guide de bonnes pratiques dans chaque établissement, en identifiant les actions de prévention qui ont été mises en place et celles qui auraient dû l’être pour éviter le recours à la contention et à l’isolement.

L’association insiste sur le fait que ces mesures ne doivent pas être considérées comme des « pratiques thérapeutiques » mais des mesures permettant des soins ultérieurs. Au-delà, il s’agit de former les personnels au respect des droits des patients et de leur dignité, ainsi qu’à la prise en charge de l’agitation et de l’agressivité.

La Fnapsy insiste également sur cette dimension de prévention au travers de la formation, estimant que ces mesures relèvent du « dernier, même ultime recours ». Et celles-ci, si elles ont lieu, doivent obéir à une protocolisation permettant de garantir un respect maximum des droits fondamentaux des patients en psychiatrie, et de surcroit être répertoriées, afin d’empêcher des dysfonctionnements dans certains établissements où les recours à l’isolement et à la contention auraient tendance à se multiplier.

Une opposabilité administrative de la mise à l’isolement

Au-delà de l’opposition de principe à ces pratiques, les représentants (2) du Cercle de réflexion et de propositions d’action sur la psychiatrie (CRPA) concèdent également une « position pragmatique » compte tenu de la réalité du terrain. « Nous sommes pour que les mesures de mise à l’isolement prêtent lieu à une décision administrative opposable », écrivent-ils dans un document mis en ligne le 10 janvier sur le site de l’association. « Ce qui implique que de telles décisions soient formalisées et soient notifiées aux personnes concernées avec une […] indication des voies et délais de recours », poursuivent-ils. Afin de « garantir la France contre des condamnations à répétition pour traitements inhumains et dégradants, il serait a minima opportun » que le juge des libertés et de la détention (JLD) soit rendu compétent pour statuer sur des contestations de mise à l’isolement ou de contention lors du contrôle de plein droit des mesures d’hospitalisation sans consentement à temps complet, propose le CRPA.

Ce contrôle pourrait également s’opérer à l’occasion de saisines facultatives en dehors des contrôles obligatoires.

L’association recommande également que soit institué, par voie législative, qu’au-delà d’une certaine durée de mise à l’isolement et ou de contention « en continu » (par exemple cinq jours), il y ait un contrôle juridictionnel obligatoire » par le JLD. Ceci avec assistance obligatoire de la personne isolée avec ou sans contention, par un avocat ou une personne de confiance. Et dans l’attente d’une telle mise aux normes de la France au regard de celles « de la Cour européenne des droits de l’homme sur ce sujet », la HAS pourrait recommander, « que toute mise à l’isolement avec ou sans contention devant durer plus de quelques heures, prête lieu à une notification écrite à la personne concernée de cette décision, en tant que décision administrative écrite et motivée ». Le CRPA accueille donc favorablement la « protocolisation importante » des pratiques prévue dans le projet de recommandation de la HAS, puisque selon l’association, « la moindre des choses est que [ces mesures] soient fortement encadrées ».

Enfin, comme les autres associations de patients, le CRPA appuie sur la nécessité, toujours prégnante, de la formation des personnels et recommande de pouvoir assurer dans les unités de soins en milieu fermé un effectif suffisant afin de limiter le recours à ces pratiques d’isolement et de contention.
Caroline Cordier, Hospimedia
(1) La DGOS prépare une circulaire sur le sujet et une mission d’évaluation de la loi du 27 septembre 2013 sur les droits, la protection et la prise en charge des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques poursuit actuellement ses travaux à l’Assemblée nationale.
(2) Les observations du Cercle de réflexion et de propositions d’action sur la psychiatrie (CRPA) ont été rédigées par Me Raphaël Mayet, avocat au Barreau de Versailles, le Dr Mathieu Bellahsen, psychiatre des hôpitaux, et André Bitton, président du CRPA.

Source : La psychiatrie française en revue, etc.: PSYCHIATRIE Des associations de patients saluent l’encadrement accru de la contention à défaut d’interdiction

Publicités

Communautés psychiatriques de territoire : comment les mettre en place ?

Un arrêté précise les conditions de création des communautés psychiatriques de territoire. Les établissements du service public hospitalier signataires d’un même contrat territorial de santé mentale peuvent constituer entre eux, sur la base du volontariat, une communauté psychiatrique de territoire.
Pris pour l’application de l’article 69 de la loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé, un décret du 26 octobre (JO du 28-10-16) vient préciser l’objet et les conditions de mise en place de ces nouvelles communautés.

Continuer à lire … « Communautés psychiatriques de territoire : comment les mettre en place ? »

Maladies mentales : beaucoup plus de risque pour les frères et sœurs des malades- Legeneraliste.fr

Quel est le risque de développer une maladie mentale quand son frère ou sa sœur en est atteint ?
D’après une étude de grande ampleur présentée au congrès de neurosciences ECNP à Vienne, une personne dont le frère ou la sœur souffre de schizophrénie a dix fois plus de risques de développer les mêmes troubles que la population générale. Les chercheurs ont constaté des résultats similaires dans les fratries où une personne était bipolaire. Continuer à lire … « Maladies mentales : beaucoup plus de risque pour les frères et sœurs des malades- Legeneraliste.fr »

Dépakine : selon l’APESAC, Sanofi devrait participer à l’indemnisation des victimes | Le Quotidien du Médecin

« Un travail étroit a été engagé depuis de nombreux mois sur le dossier de la Dépakine, en particulier pour reconnaître le préjudice causé, renforcer la prévention et améliorer le diagnostic et la prise en charge des patients », s’est félicitée Marisol Touraine au terme de sa rencontre, ce jeudi 15 septembre, avec Marine Martin, présidente de l’Association d’aide aux parents d’enfants souffrant du syndrome de l’anticonvulsivant (APESAC).

Continuer à lire … « Dépakine : selon l’APESAC, Sanofi devrait participer à l’indemnisation des victimes | Le Quotidien du Médecin »

Dépakine, Mediator: les associations réclament un fonds « pour toutes » les victimes de médicaments – Sciencesetavenir.fr

Paris (AFP) – Après les « scandales » du Mediator de Servier et de la Dépakine de Sanofi, un regroupement d’associations et de juristes réclame la création d' »un véritable fonds ouvert à toutes les victimes d’effets indésirables graves de médicaments ».
Ce fonds pourrait être financé « grâce à une taxe minime sur le prix de vente des médicaments », estime lundi ce Collectif d’associations et de collectifs inter-associatifs.

Continuer à lire … « Dépakine, Mediator: les associations réclament un fonds « pour toutes » les victimes de médicaments – Sciencesetavenir.fr »

Dépakine : plus de 12 000 personnes souffrent de séquelles

Dépakine : plus de 12 000 personnes souffrent de séquelles
ENTRETIEN  par Audrey Vaugrente
– Les effets néfastes de la Dépakine sur le fœtus sont connus depuis les années 1980. Ils toucheraient plus de 12 000 personnes selon une épidémiologiste Catherine Hill. Continuer à lire … « Dépakine : plus de 12 000 personnes souffrent de séquelles »

Dépakine : un député propose une taxe sur les produits de santé pour indemniser les victimes

Le député socialiste de Haute-Garonne Gérard Bapt propose lundi 29 août de créer une nouvelle taxe sur les produits de santé pour alimenter le fonds d’indemnisation des victimes du Dépakine, un antiépileptique à l’origine de malformations congénitales.

Continuer à lire … « Dépakine : un député propose une taxe sur les produits de santé pour indemniser les victimes »

Dépakine : un nouveau scandale sanitaire à retardement  ? – L’Express

Paris – Sept ans après le Mediator, l’affaire de la Dépakine, un antiépileptique qui présente des risques élevés pour la santé du foetus, est en passe de s’imposer comme un nouveau scandale sanitaire à retardement qui pourrait avoir fait des milliers de victimes. »C’est un scandale sanitaire énorme qui pourrait avoir fait entre 50.000 et 70.000 victimes sur 50 ans de prescription » estime Marine Martin, présidente de l’Association d’aide aux parents d’enfants souffrant du syndrome de l’anticonvulsivant (Apesac) qui doit être informée mercredi des résultats d’une étude sur le valproate de sodium lancée l’an dernier par les autorités sanitaires. Continuer à lire … « Dépakine : un nouveau scandale sanitaire à retardement  ? – L’Express »

Pour la santé mentale et la psychiatrie périnatales en France – Cairn.info

parMichel Dugnat pédopsychiatre (service du Pr. Poinso, ap-hm), coprésident de la waimh Francophone, past-president de la Société Marcé francophone michel.dugnat.at.ap-hm.fr
 et Françoise Gouzvinski psychologue, enseignante past Université Toulouse-2, laboratoire Cliniques pathologique et interculturelle (lcpi) montolieu.francoise.at.gmail.com
Résumé Continuer à lire … « Pour la santé mentale et la psychiatrie périnatales en France – Cairn.info »

La santé des aidants: l’Association Française des Aidants présente les résultats de son rapport

Il arrive souvent que les aidants, par surinvestissement et manque de temps, mettent à l’écart leur propre santé. De plus, cette dernière est peu prise en compte par les professionnels.
Pour comprendre en quoi le fait d’accompagner un proche peut altérer la santé des aidants, mais aussi comment les professionnels du soin et du prendre soin prennent en compte leur santé, l’Association Française des Aidants, en convention avec la Direction Générale de la Santé, a mené un travail d’observation et d’analyse auprès d’une quinzaine d’aidants, de plusieurs professionnels de différents secteurs et d’acteurs institutionnels ainsi qu’une enquête quantitative auprès de 200 aidants.
Les résultats marquants :

Continuer à lire … « La santé des aidants: l’Association Française des Aidants présente les résultats de son rapport »