L’acculturation aux coopérations reste inégale à l’aune des projets territoriaux de santé mentale

Alors que se préparent les futurs projets territoriaux de santé mentale, des progrès restent à faire pour asseoir une culture de coopération entre acteurs, ont notamment témoigné des fédérations hospitalières. La Fehap semble tirer pour l’heure son épingle du jeu et propose déjà des outils pour faciliter le parcours entre sanitaire et médico-social.

Continuer à lire … « L’acculturation aux coopérations reste inégale à l’aune des projets territoriaux de santé mentale »

La DGOS présente aux psychologues hospitaliers ses propositions d’évolutions statutaires

Le 16 mars au Conseil supérieur de la fonction publique hospitalière, la DGOS a présenté un projet de décret appliquant le protocole sur les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations (PPCR) aux psychologues hospitaliers.

Continuer à lire … « La DGOS présente aux psychologues hospitaliers ses propositions d’évolutions statutaires »

Comment les objets connectés peuvent aider la psychiatrie – Le Point

Plus de 4 000 experts en psychiatrie sont réunis à Paris, à l’occasion du 15e Congrès de l’Encéphale qui se tient jusqu’à vendredi, pour mettre à jour leurs connaissances, discuter de leurs pratiques et des évolutions de leur métier.

Continuer à lire … « Comment les objets connectés peuvent aider la psychiatrie – Le Point »

Appel à projets : Innovations thérapeutiques en psychiatrie

L’appel à projet 2017 de la Fondation de l’Avenir dédie 1,2 millions d’euros à la recherche médicale. Les projets doivent être déposés avant le 3 mars 2017.

Continuer à lire … « Appel à projets : Innovations thérapeutiques en psychiatrie »

Ségolène Neuville : « 100 groupes d’entraide mutuelle de plus d’ici trois ans »

[APMNews] Il y aura 100 groupes d’entraide mutuelle (GEM) supplémentaires d’ici trois ans, a assuré la secrétaire d’Etat aux personnes handicapées et à la lutte contre l’exclusion, Ségolène Neuville, dans un discours écrit, lu par la présidente de la Fédération nationale des associations d’usagers en psychiatrie (Fnapsy), Claude Finkelstein, lors du troisième colloque annuel sur l’avenir des GEM, organisé vendredi à Paris par cette fédération.

Continuer à lire … « Ségolène Neuville : « 100 groupes d’entraide mutuelle de plus d’ici trois ans » »

Psychiatrie : la crise des vocations- JIM.fr

A l’occasion de la journée mondiale de la santé mentale qui se tenait le 10 octobre, Marisol Touraine, a acté la création du « Conseil national de la santé mentale » dont l’objectif annoncé est « de développer une approche globale et transversale des enjeux de la santé mentale, pour mieux prévenir les troubles psychiques et psychiatriques et mieux accompagner ceux qui en souffrent. »
Quatre axes de réflexion prioritaires ont été fixés par le ministre :

Continuer à lire … « Psychiatrie : la crise des vocations- JIM.fr »

Projet de circulaire sur la Contention-Isolement: réaction du Syndicat des Psychiatres des Hôpitaux

« C’est avec surprise et consternation que le Syndicat des Psychiatres des Hôpitaux a découvert l’existence d’un projet de circulaire relative à la contention et à l’isolement en psychiatrie auquel n’étaient pas associés les syndicats de psychiatres. » Continuer à lire … « Projet de circulaire sur la Contention-Isolement: réaction du Syndicat des Psychiatres des Hôpitaux »

Le Quality Rights Tool Kit disponible en français- CCOMS

Le Centre collaborateur français de l’Organisation mondiale de la santé (CCOMS) pour la recherche et la formation en santé mentale, publie la version française du QualityRights Tool Kit, Programme de l’OMS pour l’évaluation de la qualité et du respect des droits, qui va être testé par une quinzaine d’hôpitaux en France.

Continuer à lire … « Le Quality Rights Tool Kit disponible en français- CCOMS »

Communautés psychiatriques de territoire : un projet de décret

Les acteurs de la psychiatrie publique vont participer à une concertation début juillet pour l’élaboration du décret relatif aux futurs Communautés psychiatriques de territoire (CPT). Un texte qui devra notamment définir les modalités de leur création, leurs missions et leurs relations avec les Groupements hospitaliers de territoire.
C’est un texte attendu par les représentants de la psychiatrie publique.

Continuer à lire … « Communautés psychiatriques de territoire : un projet de décret »

« Un chez-soi d’abord » : après quatre ans d’expérimentation, de très bons résultats

Lancé en 2011, le dispositif expérimental « Un chez-soi d’abord » vient de faire l’objet d’un bilan sur les quatre années écoulées. Inspiré de l’exemple canadien et américain du « Housing first » ou « logement d’abord », « Un chez-soi d’abord » repose sur une idée simple : plutôt que d’imposer aux personnes en grande difficulté sociale et sans logement une sorte de parcours initiatique (socialisation, prise en charge des addictions, passage successif par plusieurs structures : CHRS, pension de famille, résidence sociale…) avant l’accès à un logement, le dispositif propose un accès immédiat à un logement, puis la mise en place d’un accompagnement renforcé.
Une stratégie « efficace dès les premiers mois d’accompagnement »…

Au vu du bilan 2011-2015 réalisé, sous l’égide de la Dihal (délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement), par une équipe de recherche indépendante, les résultats de l’expérimentation apparaissent très positifs. Ils portent sur 355 personnes effectivement logées par le dispositif sur les sites expérimentaux de Lille, Marseille, Paris et Toulouse.
S’adressant à un public plutôt jeune (38 ans de moyenne d’âge), très vulnérable (huit ans en moyenne sans domicile et quatre ans et demi à la rue) et fragilisé (80% d’addictions et 50% de pathologies chroniques), la stratégie s’est révélée « efficace dès les premiers mois d’accompagnement ».
Ainsi, sur la première année, plus de 80% des personnes accompagnées sont restées dans leur logement. Le bilan relève aussi « une diminution de leurs symptômes, une amélioration de leur qualité de vie, bien-être psychologique et estime de soi, et de leur rétablissement notamment en développant la notion de confiance en soi ». De même, le bilan fait état d’une diminution de moitié de la durée moyenne d’hospitalisation pour les personnes logées par rapport aux personnes dites « témoins », « signant le rôle positif du programme sur la coordination du parcours de soin ».

… et des effets qui se poursuivent sur le long terme

Ces bénéfices immédiats se poursuivent sur le long terme. Ainsi, en 2015 – soit quatre ans après le début de l’expérimentation -, plus de 85% des personnes sont toujours logées et suivies. Le bilan relève que « le recours aux droits, l’accès à des ressources et l’inscription auprès d’un médecin traitant sont effectifs pour la quasi-totalité d’entre elles. Globalement, l’acceptation de la maladie, la meilleure connaissance des symptômes, l’observance des traitements ainsi que l’engagement dans un suivi sanitaire s’intensifient avec la durée de l’accompagnement ». De même, les ruptures de prise en charge et les situations de crise sont moins fréquentes, plus courtes et plus faciles à gérer. Enfin, l’ensemble des personnes accompagnées ont renoué des liens avec l’entourage et la famille et 20% ont une activité professionnelle ou sont en formation.

A venir : vingt nouveaux territoires expérimentaux

Le bilan conclut qu’il n’y a pas a priori de caractère prédictif à la capacité d’habiter. De même, il ressort que « l’efficacité de la stratégie est garantie par la poursuite de l’accompagnement quel que soit le parcours résidentiel de la personne (sortie du logement, incarcération, mobilité, hospitalisation, etc.), la pluridisciplinarité de l’équipe, l’accompagnement au domicile, la proposition d’une palette de services et le respect du choix de la personne concernant son logement (type et lieu) et les services d’accompagnement (rythme et type). Ils concourent à l’engagement des personnes dans un parcours social, résidentiel et sanitaire ».

Dernier point positif : les bénéficiaires du dispositif en sont eux-mêmes très satisfaits. Ainsi, 72% d’entre eux se disent satisfaits ou très satisfaits et 88% souhaiteraient revenir dans le programme s’ils en avaient besoin.
Conséquence de ces très bons résultats : Sylvain Mathieu, le délégué interministériel, a annoncé, le 16 juin, devant le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (CNLE), que les quatre sites expérimentaux vont être pérennisés en 2017 et que l’expérimentation va s’étendre sur vingt sites entre 2018 et 2021.